Notre petite immersion dans le Queyras se poursuit avec aujourd’hui la découverte d’un site à part, et qui commence de faire référence : la cascade de glace  d’Aiguilles.

La cascade de glace est à l’hiver ce que l’escalade est à l’été…  Depuis quelques années cette activité est en plein essor et de nombreux sites et évènements lui sont dédiés.

Dans le Queyras, le site de la cascade de glace est au coeur du village. Elle se love à l’aplomb du torrent du Lombard, une zone bien froide qui tient la glace tout l’hiver. C’est un endroit très accessible pour tous. On se gare juste à côté et on y accède en quelques pas à pied. Le terrain d’aventures est tout de suite à portée de crampons. Pour ceux qui ne grimpent pas, on a une jolie vue depuis le pont juste en aval.

Un site naturel aménagé

Ici le torrent du Lombard arrive et s’élargit. L’hiver le sol est recouvert de glace naturelle. Pour le reste, c’est un guide de haute montagne du village, Pascal Giraud, qui s’est chargé de transformer cet espace pour en faire un lieu unique où la cascade de glace est reine.

A partir du mois de novembre, il s’occupe de la fabrication de la glace. Comme l’endroit est bien à l’ombre, elle ne travaille pas beaucoup, excepté en cas de redoux.  Elle se fige droit le long de la falaise, et vient s’éteindre dans le torrent. L’éclairage y est installé. Plusieurs voies sont aménagées, allant jusqu’au 4+.

Il y en aussi pour le dry tooling. Avant de se lancer dans de grandes courses en montagne, la cascade offre une belle alternative pour découvrir la montagne en hiver, pour aborder les prémices de l’alpinisme. Elle peut se pratiquer toute l’année avec glace ou sans, comme avec le dry tooling.

Le matériel

Il faut être bien équipé pour affronter des températures très basses, tout en restant bien mobile. A Aiguilles, on est souvent au-delà des moins 10°. En plus de la panoplie hivernale des grands froids, quelques indispensables à avoir : crampons, piolets, casques, baudriers, mousquetons.

Là on peut y aller, si possible avec quelqu’un d’un niveau similaire. En bas de la coulotte on se sent tout petit face à cette verticale glacée.

Le petit bruit du torrent, tant qu’il n’est pas entièrement englacé, apporte la sérénité nécessaire avant de se lancer. Le piolet tape la glace, s’accroche, les crampons s’arriment aux broches à glace et on recommence.

Des ateliers découverte

Dès que la saison commence, un atelier découverte est organisé toutes les semaines. Le mardi soir, c’est cascade de glace à 18 heures pour ceux qui ne connaissent vraiment pas et veulent découvrir l’activité. Le groupe est limité à une quinzaine d’inscrits. Chacun pourra faire 2 montées avec la présence du guide Pascal Giraud. Il explique, donne les conseils et petits trucs qui vont bien et accompagne les novices. Tout le matériel est mis à disposition sur place, contre 10 €. Il y a une petite cabane où l’on peut s’équiper.

Des bénévoles du village sont là également : ils allument des braséros, ont préparé des boissons chaudes qui font un bien fou quand on s’arrête. Comme c’est en fin de journée, l’éclairage donne un aspect encore plus magique à l’expérience. Les ombres se portent et se reflètent dans les parois. La nuit épouse les mouvements des glaciéristes amateurs.

Pour pouvoir y aller à ce moment-là, ou à d’autres moments en autonomie,  il suffit de s’inscrire – Sandrine : 06 10 20 57 85.