Depuis presque 30 ans, des générations successives de pilotes de rallye sur glace s’affrontent dans les stations de ski pour le trophée Andros. Pour sa troisième épreuve de la saison, toutes les équipes, sponsors et médias se sont donnés rendez-vous à l’Alpes d’Huez mi-décembre. En plus des catégories Elite et Elite pro, la course a accueilli une épreuve 100% électrique avec quelques champions d’autres disciplines comme le perchiste Renaud Lavillenie.

 

           Situé à l’arrière du Palais des sports, le circuit du Trophée Andros attend les premiers essais chronométrés des pilotes de rallye sur glace. Le jour commence tout juste à décliner sur la station iséroise. La station manque clairement d’enneigement. Il suffit de lever la tête pour voir les pistes dessinées aux canons à neige. Heureusement, il fait assez froid pour concevoir une piste qui accueillera plusieurs heures de courses, pendant deux jours. Trois courses distinctes attendent les spectateurs, la course “élite”, “élite pro” et la plus novatrice 100% électrique.

Aux volants, on retrouve des noms connus comme Aurélien Panis et Nicolas Prost, tous deux respectivement fils de Olivier et Alain Prost. Un certain Romain Grosjean est là aussi. Mais les plus grands champions de la course sur glace, Jean-Philippe Dayraut, Jean-Baptiste Dubourg ou Christophe Ferrier en électrique, ne sont pas les plus connus. Renaud Lavillenie, champion de saut à la perche invité pour l’occasion, fait impression auprès du public.

Au sein du paddock, zone de stands réservée aux véhicules et équipes, on peut apercevoir les mécaniciens ajuster avec précisions chaque voiture. Les voir bidouiller sous le capot en fonction des ressentis des pilotes. Mais aussi des débriefs entre pilote et chef d’équipe. Nous sommes plongés dans l’univers de la course automobile, tout comme à la télévision devant un grand prix de formule 1, mais en mieux. Un peu plus loin, les pilotes peuvent se ressourcer dans un espace dédié. Les visiteurs peuvent aussi se challenger sur des simulateurs d’efforts ou de course de rallye. Il y en a pour tous les goûts.

Après les ultimes réglages voitures, autocollants et caméras ajustées, il est temps pour les pilotes de mettre leur casque pour rejoindre la piste. Autour du circuit les caméras ne ratent aucune courbe, tout comme les spectateurs, bien équipés contre le froid de décembre. Chaque concurrent tente de prendre les meilleures trajectoires, retrouve les sensations de conduite, de glisse. Les dérapages sont maîtrisés pour ne perdre aucune seconde. Un univers mécanique singulier, en plein cœur des Alpes.

 

Il reste encore 4 épreuves cette saison pour départager les pilotes et désigner le meilleur d’entre eux. Vous aurez encore une chance cette année de croiser cette course unique en son genre à Lans-en-Vercors les 20 et 21 janvier, ou pour les plus impatients le 6 et 7 janvier à Isola 2000 et le 14 et 15 janvier à Serre-Chevalier.