Dites 33 ! Le Festival International du Film de Montagne d’Autrans (Fifma) fêtait sa 33ème édition ce début décembre dans le massif du Vercors en Isère. Dans un cadre idyllique à plus de 1000 mètres d’altitude, les passionnés de montagnes et de cinéma se sont donnés rendez-vous pour cinq journées de projections. La Station de Ski était à la soirée “inclinaisons artistiques” pour vous donner une petite idée de l’ambiance sur place.

La nuit tombe sur le massif du Vercors, la Lune vient de se coucher, les étoiles brillent dans un ciel pur, sans nuage, ni pollution. Légèrement en amont du village, le complexe de l’Escandille brille lui aussi et continue d’accueillir les visiteurs pour une nouvelle soirée cinéma et montagne. Ce soir dans la grande salle, on vient voir l’univers du grimpeur/réalisateur/dessinateur Jeremy Collins. L’américain n’est pas venu tout seul, toute une délégation l’accompagne. Les spectateurs sont installés, et l’on découvre, intrigué, notre homme dans une première vidéo introductive, sans mots, juste face à nous, dessinant sur une vitre. Quelques applaudissements, puis apparaissent sur la droite des rangs de spectateurs deux jeunes femmes suspendues dans le vide. Un ballet aérien proposé par la compagnie de danse “Les pieds en l’air”, qui donne à ce moment là raison au thème de cette soirée spéciale : “inclinaisons artistiques”.

On y est, bien échauffés. Le film de Jeremy Collins “Drawn” nous propose alors une réflexion sur le sens de la vie lorsqu’on est grimpeur chevronné. Le mentor du réalisateur nous est dévoilé par vidéos d’archives. Et pour cause, la montagne a eu raison de lui. Un accident a entraîné la cordée de 3 amis vers la tombe. Le traumatisme est lourd, les questions fourmillent dans l’esprit de notre réalisateur. Comment lui rendre hommage ? Vient alors cette idée de répartir les cendres de son ami aux quatre coins du globe. Un voyage initiatique pour panser les plaies et penser à ce qui est le plus important dans la vie.

Dans un mélange de séquences filmées, de dessins animés, de souvenirs, de passions et de commémorations, le film “Drawn” plonge le spectateur, grâce à sa musique aérienne, dans un état “suspendu”. Il est temps de redescendre sur la scène de la grande salle pour une interview avec Jeremy Collins (à gauche sur la photo), traduite en temps réelle par le présentateur de la soirée, Evrard Wendenbaum. On y apprend quelques anecdotes. À force de grimper les montagnes les plus dures, les mains de notre homme commence à se crisper de plus en plus. Un peu embêtant lorsqu’il s’agit de retourner au dessin, et ce qui demande des exercices de souplesses pour continuer sous cette double casquette improbable.

La soirée s’achève alors par une performance du dessinateur en direct. Dans une transe créative, Jeremy Collins dépeint une montagne qui se transforme au dernier moment en lion et sa magnifique crinière. L’artiste sort de scène. Les danseuses reviennent et s’entremêlent avec le public en les emmenant vers la sortie. Fin de soirée. Ou plutôt, fin de séance, car déjà un groupe jazz vient de s’installer près de la buvette. Certains flânent autour des expositions, pour prolonger la soirée…

Retrouvez tout le palmarès de ce festival ici.